Bonjour

Bienvenue sur le blog de la nature et du bien être...

Thèmes abordés:

samedi 19 juin 2010

5 aliments...



Voici 5 éléments qui sont conseillés pour leurs bienfaits!


La tomate, pour l’éclat
Ses atouts : le légume beauté par excellence grâce à sa teneur en eau et à ses antioxydants (lycopèbe et vitamine C) protégeant la peau d’une petite partie des UV. La tomate contient aussi de la provitamine A et des vitamines du groupe B.
La consommation forme : à volonté, de préférence crue, en salade ou à la croque-au-sel.



La courgette, pour un bon transit
Ses atouts : avec 15 kcal aux 100 g et des fibres tendres, extrêmement digestes, c’est l’aliment bien-être et minceur par excellence. Elle possède également de nmbreux minéraux et vitamines.
La consommation forme : la courgette se mange évidemment à volonté, en alternance avec d’autres légumes, à chaque repas.



Le muesli, pour une résistance à l’effort
Ses atouts : il apporte différentes formes de glucides, de nombreuses vitamines du groupe B, un peu de protéines, des minéraux et des fibres. Il permet un effort de plusieurs heures.
La consommation forme : 2 cuil. à soupe le matin avec du lait. Idéal avant une longue balade.



Le kiwi, le bonus tonus
Ses atouts : une teneur exceptionnelle en vitamines C , qui en fait un puissant antioxydant. Ce fruit apporte aussi vitamine E, bêta-carotène et vitamines du groupe B, dont la B6 (pour les neurotransmetteurs), et de l’acide folique, antifatigue.
La consommation forme : tous les jours en alternance avec les agrumes et le raisin.




Les pâtes, pour une énergie durable
Les atouts : composées à 70 % de glucides complexes, elles fournissant de l’énergie sur la durée. Elles apportent aussi un peu de protéines, du phosphore et du magnésium.
La consommation forme : les féculents sont présents à chaque repas (riz, semoule, quinoa, pomme de terre… et pain). Pour la quantité, misez sur 3 à 5 cuillères à soupe.
Retrouvez nos idées recettes minceur à base de pâtes.

Le froid endort les papilles...

Le saviez-vous ? Sucez un glaçon avant d’avaler des gouttes amères afin que le froid neutralise vos papilles.
Pour les enfants:
Doser un médicament et l’administrer à un enfant n’est pas toujours chose facile. Pourtant, pour bénéficier de son efficacité, il convient de suivre à la lettre les recommandations de votre médecin, de votre pharmacien ou de la notice. Dans la pratique, comment s’y prendre ?
Les médicaments commercialisés sous forme liquide sont souvent vendus munis d’un instrument doseur : un compte-gouttes, une cuillère ou une pipette doseuse. Lorsqu’un outil de ce type est fourni, utilisez-le systématiquement, il permet un dosage plus précis du médicament. Si vous utilisez une pipette doseuse (ou une seringue sans aiguille), remplissez-la en vous fiant à ses graduations. Pour administrer le liquide directement dans la bouche de l’enfant, dirigez l’extrémité de la pipette vers l’intérieur de sa joue plutôt que vers sa langue : le liquide s’écoulera entre les gencives et la joue, ce qui lui permettra de l’avaler plus facilement. Si la pipette doseuse est équipée d’un bouchon, n’oubliez pas de l’enlever avant de la placer dans la bouche de l’enfant ; des incidents de ce type ont déjà été signalés.
Les médicaments liquides pour enfants sont souvent parfumés, à la fraise ou à la banane par exemple. Malheureusement, ces arômes artificiels ne plaisent pas toujours, et ne sont pas toujours suffisants pour masquer le goût du médicament.

Dans ce cas, plusieurs astuces peuvent vous aider :
Si votre enfant est assez grand, donnez-lui une petite cuillerée de pâte de noisette (type Nutella) avant la prise. Cette pâte couvre les papilles et masque efficacement le goût. Vous pouvez également utiliser un bonbon à la menthe ou du dentifrice.
Pour chasser l’arrière-goût, un bonbon ou un chewing-gum à la menthe ou à la réglisse se révélera efficace. Laissez votre enfant boire autant que nécessaire après la prise.
Le froid diminue le goût des aliments. Vous pouvez entreposer le liquide au réfrigérateur, ou laisser votre enfant sucer un glaçon avant la prise, pour anesthésier ses papilles.
L’odeur contribue à la perception du goût. Suggérez à votre enfant de se pincer le nez, avant et pendant la prise.
Les papilles sont plutôt situées sur la langue. Il est possible de diminuer le désagrément d’un mauvais goût en utilisant une paille, pour amener le liquide directement au fond de la bouche, sans qu’il ne passe sur la langue.