Bonjour

Bienvenue sur le blog de la nature et du bien être...

Thèmes abordés:

mercredi 18 mars 2009

L'équitation

L'équitation offre de multiples disciplines que l'on peut pratiquer en extérieur, en compétition, en loisir; c'est un sport très adaptable pour chacun.
Contrairement aux idées reçues concernant le caractère "non-sportif" de l'équitation prétendant que "c'est le cheval qui fait tout", ce sport met autant à l'épreuve le cavalier que son compagnon équin.
En dehors de la pratique équestre en temps que telle, la discipline demande de la part du cavalier des qualités morales qui peuvent être déjà acquises, ou qui le deviendront par la suite.
Ainsi, la patience, le respect, l'humilité, la justesse, la confiance, sont des caractéristiques favorables pour entretenir de très bonnes relations avec son cheval.
On peut commencer à en faire à partir de 4 ans. Cette activité demande au départ de l’agilité et un bon contact avec les animaux. Il ne faut pas avoir peur, car le cheval le ressent et on devient alors le "dominé". Le cheval fait se qu'il veut. Il est donc nécessaire d'avoir confiance en soi et de se sentir "maître" face à l'animal. Il faut lui montrer qui domine et le respecter. Seulement après, il respectera son maître. Le cheval est très peureux et peut avoir à tout moment des réflexes brutaux, mais s'il se sent en sécurité avec son cavalier, il se montrera moins chétif.
Monter à cheval n’est dangereux que lorsque la prise de risque n’est pas maîtrisée. Ce n’est pas davantage une activité qui maltraite le dos. Il faut savoir qu’une masse musculaire trop grande peut devenir une gêne. Pour bien s’accorder avec l’animal, le contact est important, faire corps avec sa monture est un gage de succès. L’animal sent très bien qui le monte, le degré de respect tout autant que la patience qui sont l’apanage d’un bon cavalier.
Cette activité renforce avant tout la confiance en soi. L’enfant doit pouvoir, pour sa propre sécurité, dominer l’animal qu’il monte. Mais cette autorité ne s’exerce pas par la violence ; elle nécessite calme et respect. L’apprenti cavalier commence par entrer en contact avec le poney ou le cheval en le pansant, le brossant, le harnachant, en lui parlant…
Savoir se faire respecter par un animal de plus de 500kg avec adresse, le recour au rapport de force n'est pas recherché puisque de part son poids, le cheval vous domine sans problème. Il faut donc apprendre à se servir d'autres moyens pour gagner sa confiance, instaurer avec lui un climat de confiance où chacun pourra alors évoluer en parfaite harmonie.

Le seul impair à cette activité que j'adore, c'est le coût de l'équipement, mais cela se comprend fort bien car l’entretien d’animaux entraîne des frais élevés. (Une bombe (casquette renforcée pour protéger la tête, à partir de 20 euros), un pantalon épais et résistant (ultérieurement, une culotte d’équitation, à partir de 12 euros), des bottes resserrées sous le genou (pour protéger les jambes du frottement contre les flancs de l’animal, à partir de 12 euros en plastique) et un bon vêtement de pluie (coupe-vent à partir de 20 euros). L’équipement de la monture est fourni par le club.)


Le cavalier travaille davantage que le cheval:
Ce sont les muscles adducteurs des cuisses qui se trouvent constamment sollicités. Pour fournir l’effort avec aisance, il est bien de procéder à un exercice de musculation partielle de contraction (de type isométrique) d’un ballon entre les genoux, dans la position couché sur le dos, genoux fléchis. Tenir la contraction une dizaine de minutes, recommencer et s’accorder une ou deux minutes de repos entre chaque mouvement. Travailler les dorso-lombaires et les abdominaux pour gainer la ceinture et favoriser l’équilibre. Penser aux étirements des muscles des jambes, faire rouler le bassin d’avant en arrière, étirer les chaînes lombaires. Et puis, entretenir sa forme par du footing régulier, des promenades à bicyclette, de la natation ou autre forme d’effort prolongé, à raison de deux fois ou trois fois par semaine.
L’échauffement avant de monter à cheval est recommandé (courir un peu, surtout si l’on est débutant). Il est bon d’échauffer les muscles au niveau de l’omoplate qui ont tendance à se contracter. Penser, lorsqu’on est sur le dos du cheval, à se relâcher et à respirer avec amplitude.
Lorsqu’il ne s’agit pas de pathologies évolutives (dos cambré, petite scoliose), l’équitation peut se montrer bénéfique et venir renforcer une rééducation en cours. Le contrôle permanent du dos exigé par la pratique équestre peut être profitable.


Différentes disciplines:
Ce sport se décline en 6 catégories : saut d’obstacles, dressage, attelage, raids d’endurance, voltige et concours complet. Ce dernier fut créé afin de tester les chevaux des officiers avec diverses épreuves tel le dressage, l’endurance, le steeple-chase, le cross-country et le saut d’obstacles.


D'autres visions:
Il n'existe bien des façons de pratiquer l'équitation loin des sentiers battus. Encore confidentiel, le tourisme équestre fait des plus en plus d'émules. En effet, les amateurs d'équitation sont de plus en plus demandeurs de balades à dos de cheval ou poney pour les petits.

Aucun commentaire: